[Critique] Annette de Leos Carax

Difficile de refaire une critique après des mois sans en écrire et la peur de ne pas trouver les mots justes, mais mes derniers visionnages m’ont évidemment envie de m’y remettre et partager à nouveau ces découvertes et en parler avec vous.

Synopsis:

Los Angeles, de nos jours. Henry est un comédien de stand-up à l’humour féroce. Ann, une cantatrice de renommée internationale. Ensemble, sous le feu des projecteurs, ils forment un couple épanoui et glamour. La naissance de leur premier enfant, Annette, une fillette mystérieuse au destin exceptionnel, va bouleverser leur vie.

Annette est de ces films qui divise tant on ne peut pas rester de marbre face à une telle œuvre. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, c’est un film qui devrait rester en mémoire un bon bout de temps et qui marquera je pense à sa manière le 7ème art. Bien que je ne m’y attendais pas car je ne me suis aucunement renseignée sur le film avant de le voir, Annette est une comédie musicale. Tout au long du film, les superbes compositions Pop Rock de The Sparks nous entrainent dans l’histoire tragique d’un jeune couple sur le devant de la scène. On suit alors Ann (Marion Cotillard), chanteuse idolâtrée, et Henry (Adam Driver), humoriste cynique, consumant leur amour par égo et carriérisme.

Nombreuses sont les références artistiques et cinématographiques et multiples sont les procédés visuels. Le film est riche autant dans la narration que dans la mise en scène. Le film est visuellement magnifique, autant sur le travail des décors, que celui des lumières ou des couleurs notamment. Carax met tout en œuvres pour faire passer son message, allant jusqu’à utiliser une marionnette comme enfant, à la fois fruit maudit et monstrueux de l’amour du couple mais également miroir d’eux-même, par le duo qu’elle forme avec son gorille en peluche. Le don de l’enfant prodige devient rapidement fardeau pour elle et son entourage.

Si Ann croque littéralement la pomme à de nombreuses reprises, c’est bien Henry (aka Adam, oui) qui poussera le vice toujours plus loin. A l’ère de Me too, les thèmes résonnent pour beaucoup et sont traités avec justesse et onirisme. Le Driver charismatique de la première séquence de spectacle me rappelant Tim Curry dans The Rocky Horror Picture Show laisse peu à peu sa place à un double de Carax, le réalisateur, visiblement désireux d’une introspection marquante sur sa propre vie de famille, quelques temps après la mort de sa femme. Le film s’ouvre d’ailleurs avec un caméo du réalisateur et de sa fille, tandis qu’il se ferme sur Henry et Annette offrant le plus beau et seul réel dialogue du film ; là où pendant 2h on a parlé et chanté sans réellement communiquer.

Saluons l’incroyable jeu d’acteur de Driver et Cotillard, extrêmement crédible et prenant, nous emportant avec eux dans cette descente aux enfers riche en émotions. Les acteurs secondaires tels que Simon Helberg ou encore la petite fille est tout aussi convaincant et parviennent également avec succès à transmettre le thème de l’impossibilité du pardon, de plus en plus pesant au fil du film. Une œuvre forte donc, qui peut partager sur certains choix narratifs qui peuvent possiblement créer de la distance chez certains spectateurs, notamment le choix osé de la marionnette. En tous cas c’est un film qui m’a beaucoup touché et fasciné par tous ses partis pris esthétiques et narratifs.

Publicité

2 réflexions sur “[Critique] Annette de Leos Carax

  1. Tu peux te rassurer, cet article signe un retour éclatant à l’occasion d’un film qui visiblement brille de mille ravissements. Je n’ai toujours pas eu le loisir de le voir, j’espère peut-être l’attraper avant que l’été ne s’achève. Merci en tout cas pour ce vibrant partage.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s